L
E
S
A
R
È
N
E
S
Les Arènes > Documents et essais > Il y a toujours un après
Il y a toujours un après

Il y a toujours un après

Dans ce récit poignant, Christophe Billoret raconte comment il a sombré dans la boisson jusqu’à tout perdre : son travail, sa famille, son logement.
Sa description du quotidien de l’alcoolique, de ses batailles et de ses rechutes remet en cause bien des préjugés. Sa guérison redonne espoir à toutes les personnes concernées par cette maladie.
En annexe, Christophe Billoret nous présente, avec la collaboration d’associations et de spécialistes, un état des lieux sur l’action et les enjeux du baclofène. « Pour la plupart d’entre nous, l’alcoolisme est une maladie de la volonté. C’est ce que j’ai cru, quand j’étais dans le trou noir de l’alcool.

« Pendant quatre ans j’ai suivi le parcours de tout malade alcoolique : les services de désintoxication, les centres de postcure et les Alcooliques anonymes. Ça n’a servi à rien (90 % des malades rechutent dès
 la première année d’abstinence).
 En 2012, j’ai entendu parler du baclofène et j’ai décidé de me traiter, en partie clandestinement. Aujourd’hui je suis guéri.»

Christophe Billoret


Infos

Il y a toujours un après
13 novembre 2014
17€ 224 130 x 210 mmmm 9782352043836 8855629

Vous aimerez aussi
Par les chemins
Par les chemins
Par les chemins
  • À paraître
La petite fille de la lune
La petite fille de la lune
La petite fille de la lune
  • Nouveauté
Si mon médecin m'écoutait
Si mon médecin m'écoutait
Si mon médecin m'écoutait
La promesse des arbres
La promesse des arbres
Handicap à vendre
Handicap à vendre
Handicap à vendre
Maria Montessori
Maria Montessori
Maria Montessori
La maison de poupée
La maison de poupée
La maison de poupée
Les mecs que je veux ken
Les mecs que je veux ken
Les mecs que je veux ken
Femmes Puissantes, saison 2
Femmes Puissantes, saison 2
Femmes Puissantes, saison 2
  • Meilleure Vente
Cultivons Nous
Cultivons Nous
Cultivons Nous
Le livre des petits plaisirs coupables
Le livre des petits plaisirs coupables
Le livre des petits plaisirs coupables